Année Gustave Roud : saison 2

Après un lancement au printemps, « l’Année Gustave Roud », décrétée par le Conseil d’Etat vaudois, prend un nouvel essor avec l’arrivée de l’automne. Dès le 16 septembre, une nouvelle exposition sur l’épistolier a lieu à la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne. Le commissaire de l’exposition n’est autre que José-Flore Tappy, elle-même poète, qui officie ici en tant que documentaliste du Centre de recherches sur les lettres romandes de l’Université de Lausanne. « Attentif aux formes contemporaines, résolu à défendre des œuvres novatrices, mais fidèle au classicisme rigoureux d’une grammaire, Roud relie l’héritage à l’inquiétude de l’inconnu ; faisant de ses interlocuteurs des alliés substantiels », écrit José-Flore Tappy pour présenter l’exposition, qui poursuit son propos ainsi : « Fil conducteur entre le paysage et les œuvres, le motif du cerisier en fleurs éclaire tel un phare mystérieux l’alchimie de ces rencontres. »

En octobre se prépare une autre exposition au Musée d’art de Pully sur les rapports à la peinture et à la photographie. Tout comme pour les expositions précédentes, un riche programme de visites et de conférences aura lieu. À cela s’ajoute la sortie de deux ouvrages aux éditions Infolio : l’un sur la maison de Gustave Roud à Carrouge (sous la direction d’Anne-Frédérique Schlaepfer, avec des textes de Philippe Jaccottet, Pierre-Alain Tâche, et des photographies de Philippe Pache) ; l’autre sur l’Année Gustave Roud (ouvrage critique dirigé par Daniel Maggetti et Philippe Kaenel). N’oublions pas de mentionner la reprise du spectacle « Toute-puissance de la poésie » de Guillaume Chenevière qui se centre sur les correspondances de Gustave Roud avec Philippe Jaccottet et Maurice Chappaz. Toutes les dates et toutes les informations se trouveront sur le site poesieromande.ch et sur gustave-roud.ch (le site de référence).