Alain Borer discutera d’art mardi 14 avec Vahé Godel

Mardi 14 mars, dans le cadre du Printemps de la poésie, Marie-Dominique Kessler invite Alain Borer et Vahé Godel à discuter d’art et de poésie. C’est l’occasion de rencontrer un important poète et critique français avec une figure majeure de la poésie résidant à Genève, Vahé Godel.

Dialogue à bâtons rompus avec Alain Borer, poète, essayiste, et Vahé Godel, poète, traducteur. Comment pensent et que se disent deux poètes chevronnés quand ils se retrouvent ? C’est ce que notre époque a le plus besoin d’entendre : qu’est-ce que persévérer dans son être, comment se tenir dans une discipline qui se transforme et, quant à la « poésie », l’art, la langue et leurs enjeux vitaux, comprendre de quoi ils retournent… En présence de six leporellos réalisés par des artistes plasticiens en duo avec les poètes.

Leporellos créés par: Siripoj Chamroenvidhya en duo avec Vahé Godel, Brigitte Crittin avec un poème de Ghérasim Luca, Joseph Farine avec une peinture d’Emanuela Lucaci, Pierre Ferrarini avec un texte de Henri Michaux, Marie-Dominique Kessler en duo avec Alain Borer et Christelle Montus avec un poème de Guillaume Apollinaire.

Voir l’événement sur : http://printempspoesie.lyricalvalley.org/event/art-et-poesie-enjeux-actuels/?instance_id=10

Découvrir Alain Borer par son site : http://www.alainborer.fr/

 

Alain Borer, une figure importante de la poésie française à (re)découvrir en Suisse. Qui est-il ?

Alain Borer (Luxeuil, 1949) est poète, critique d’art, essayiste, romancier, dramaturge, écrivain-voyageur (signataire du Manifeste pour une Littérature-monde), spécialiste mondialement reconnu d’Arthur Rimbaud. Alain Borer est également président du prix Omar Khâyyam, décerné lors des Journées nationales du Livre et du Vin à Saumur, président du prix Ganzo, décerné lors du festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo, et président national du Printemps des poètes. Chevalier (1985) puis officier (1991) des Arts et Lettres, Alain Borer a reçu le prix Édouard Glissant 2005 décerné par l’Université Paris VIII pour l’ensemble de son œuvre. En octobre 2014 paraît chez Gallimard De quel amour blessée, réflexions sur la langue française salué par le Prix François Mauriac 2015 & le Grand Prix Deluen de l’Académie française 2015.