«Lettres à l’œuvre»: les jeux de la poésie dans un colloque international

Du 20 au 22 octobre 2021, des spécialistes de la littérature française se réuniront à l’Université de Fribourg pour mettre à l’honneur les jeux de lettres dans la poésie. Allant du Moyen Âge à l’époque contemporaine, ils se pencheront sur les pratiques littéraires qui ont placé la lettre au centre. Par-delà la (re)découverte de certaines productions, ce colloque permettra aussi des dialogues étonnants: entre les œuvres et les époques.

«Lettres à l’œuvre: pratiques lettristes dans la poésie en français»

Dans le cadre du projet «Jeux de lettres et d’esprit dans la poésie manuscrite en français (XIIe-XVIe siècles)», financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, la professeure Marion Uhlig et son équipe organisent le colloque «Lettres à l’œuvre: pratiques lettristes dans la poésie en français» à l’Université de Fribourg (et en ligne sur Zoom), du 20 au 22 octobre.

La lettre au centre

De la mise en avant graphique de certaines lettres aux abécédaires, anagrammes et autres palindromes, les pratiques lettristes imprègnent la poésie. Ces procédés, loin d’être anodins, confèrent une nouvelle dimension à la lettre, qu’elle soit phonétique, graphique ou symbolique. Le colloque «Lettres à l’œuvre» propose de se pencher sur les jeux de lettres au sens large, que la perspective soit textuelle – au moyen d’une analyse d’un texte ou d’un corpus de textes – ou contextuelle (en s’interrogeant sur la fascination de la lettre qu’éprouvent les auteurs à une période historique donnée).

Du Moyen Âge à l’époque contemporaine

Outre les découvertes à faire sur cette pratique littéraire à une période précise, des liens pourront également être menés entre les époques. En choisissant une période historique large – du Moyen Âge à aujourd’hui –, le pari de ces journées est aussi «de tirer parti de rapprochements inédits, voire incongrus et –loin de toute perspective téléologique, dans une parfaite désobéissance aux injonctions de la chronologie – de susciter des mises en regard et des éclairages réciproques à partir d’œuvres en conformité ou en rupture avec la tradition».


Plus d’informations sur le colloque ici.