Jeanne Wagner traduit Rainer Maria Rilke «Sonnet à Orphée II, 1» («Sonett an Orpheus II, 1»)

Jeanne Wagner traduit Rainer Maria Rilke, «Sonnet à Orphée II, 1» («Sonett an Orpheus II, 1»)   Souffle, toi poème invisible! Toujours entourant le propre être espace échange pur. Contrepoids, où rythmiquement je m'approprie.   Unique vague, dont je suis la mer en devenir;  toi le concentré de toutes les mers possibles,— gain d'espace.   Combien de ces points d'espaces se sont déjà trouvés au-dedans de moi. Tant de vents  sont mes enfants.   Me reconnais-tu, brise, toi, pleine encore de ces lieux autrefois miens? Toi, alors écorce lisse,  courbure et feuille de mes mots.   Atmen, du unsichtbares Gedicht! Immerfort…

0 commentaire

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger