Mathilde Vischer traduit Vega Tescari «Abitare» («Habiter»)

Mathilde Vischer traduit Vega Tescari, «Habiter» («Abitare»)   Ils ouvraient les fenêtres et sentaient l’air entrer avec force, poussé par quelque chose qu’ils auraient voulu toucher, dans lequel eux-mêmes auraient voulu se laisser glisser. Un temps d’air, blancs de lumière soufflés par des heures lointaines, par des lieux où elles avaient déjà duré. Il pleuvait le temps d’une autre galaxie, auraient-ils dit. .. Ils s’étaient assis sur le seuil des maisons où ils avaient habité, regardant à chaque fois devant eux comme s’ils voulaient percevoir les siècles, les ans et les jours; ceux qu’ils ont vécus à leur époque et ceux d’autres temps, qui continuaient à luire dans les choses, les gestes, dans ces dimensions…

0 commentaire

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger